Robert Losson
  Alta France
  Prototypes
  Systèmes
  Galerie
  Le XYZ
  Coups de coeur
  Bonnes adresses


   Robert Losson est né le 8 août 1946. Dès l'âge de 7 ans, il s'amusait à manipuler le petit canif à secret tout métal que sa mère portait dans son sac (cf photo). Puis à 12 ans, il reçoit son premier couteau, un couteau de Louveteaux offert par son oncle à l'occasion de sa communion. Ce couteau est un Sabatier Jeune, manche cerf (cf photo). Enfant de Troupe aux Andelys, Robert se divertissait en refaçonnant le manche de ses premiers Opinel. Elève à Chatellerault, il rêvait devant la vitrine de la Maison Joyaux devant un "100 pièces" en nacre qui tournait sur un présentoir en "verre glace a facette", entouré de quelques automatiques divers...


   En 1978, sa passion pour les couteaux et les systèmes est toujours présente mais perdue au milieu des aléas de la vie professionnelle. C'est là que le premier déclic survient, et ravive la flamme de la passion : Robert Losson reçoit en cadeau "Le livre des Couteaux" de Yvan De Riaz qui lui fait découvrir les couteaux custom, pour la première fois de façon iconographique : "C'est un choc, de par la qualité générale du livre et bien entendu de celle des couteaux présentés; J'ai d'ailleurs gardé depuis la passion de la documentation."
A cette occasion, Robert ose re-dessiner son premier couteau en louchant sur le couteau de botte de Tommy Lee. 10 ans plus tard il redécouvrira le document et concrétisera ce premier coup de coeur ! "Je ne savais pas encore que je croiserai ce Pape du double tranchant à Thiers plus de 20 ans après (cf photo) ! Ceci à l'occasion du salon mis en place par la jeune CCI de Thiers..."


   En 1986, Robert Losson suit des cours d'anglais en imposant à sa professeur les traductions des Knives Bibles, ses anciens livres de chevet. Ce cours débouche sur un séjour aux USA la même année, avec comme trame de voyage, la visite de quelques couteliers localisés sur le parcours : " j'ai le plaisir de rencontrer Dan Denehy, le célèbre co-fondateur de la Guilde US, fournisseur de Garry Cooper et de John Wayne ! Je visite ainsi le premier atelier d'un knifemaker qui me montre un prototype de Barry Wood (cf photo), nous partageons un café dans son mobile-home, où il m' exhibe les joujoux préférés de Jeff Cooper, le roi du Practical Shooting... je ne touchais plus terre, étant moi même encore tireur sportif à l'époque. Puis c'est Frank Lampton, capable avec un seul bras vraiment valide, de réaliser des pliants superbes, au fonctionnement parfait grâce à une précision de montage qui me laisse pantois, moi le petit ajusteur-fraiseur sortit de la Manufacture de Chatellerault. Je visite aussi Gerry Jean, un usineur de précision, qui me fait cadeaux de quelques Blade Magazine. Je reviens des US avec un Case et le guide "pocket knife". Je n'étais encore à cette période qu'un amateur passionné mais béotien, le choix et les prix des customs ne m'étant pas accessibles."


   En 1988, Robert Losson remet littéralement en question son activité professionnelle. En constants déplacements, c'est à l'occasion d'un séjour à Lyon que la décision est prise : sa profession sera de fabriquer des couteaux... de ses propres mains !
   A la même période, André Racinoux lui expédie pour avis et commentaires son premier couteau hand-made : "Véritable secousse tellurique que ce premier couteau ! Les causes et leurs effets font que j'ai l'utopie de croire que je peux aussi faire mes propres couteaux !"
   Sur le chemin du retour de Lyon, avec la ferme intention de se lancer dans le métier, Robert décide de poursuivre la quête documentaire qu'il estime indispensable à la poursuite de son projet. Cette recherche lui fait rencontrer, à la Librairie Etrangère de Toulouse, Mr Francis Anglade, grand collectionneur, Membre Honoraire de la Guilde US qui l'encourage, aux vues de ses premiers couteaux, à exposer au 1e SICAC. Il participe à ce "salon" alors situé Porte de Versailles, comme Hobbyste invité où, en compagnie d'André Racinoux, il expose ses premières réalisations, uniquement des modèles non pliants : "L'immersion avec les couteliers Européens & Américains, me fait constater le fossé à franchir ; le challenge est clair et sans appel !"
   A Toulouse encore, c'est Mme Hélène Bouffil de l'Arquebuserie qui l'encouragea dans son travail, par l'acquisition régulière de modèles sortis de son atelier d'Auvillar ("Alta Villa" en vieux français).


   Voila en quelques repères les raisons pour lesquelles Robert Losson fait des couteaux, considérant qu'il s'agit pour lui d'une écriture, au même titre que celle d'un sculpteur ou d'un potier. Bien sûr, la partie inconsciente de cette aventure est vaste, mais c'est la une toute autre Histoire !

Son premier jeu

Son premier couteau


Robert Losson au pantographe


Tommy Lee à Thiers

Les couteaux de Barry Wood


Robert Losson polissant une lame sur un feutre


L'atelier de Robert Losson


Contact 

Robert Losson
Castérus Ouest
82340 Auvillar- France
Tel. +33(0)679145922
contact@robertlosson.com

© 2002-2004 - Robert Losson - Toutes reproductions interdites